Actualités et événements
les protestants s'engagent pour une loi sur la liberté religieuse
  Lire la suite
News & Events
Reintroduced law jeopardizing status of some churches in Hungary
  Find out more
Présentation

Le Dr Jean Nussbaum s'entretien avec Mme Eleanor Roosevelt, la première présidente du Comité d'honneur de l'Association.
L’association internationale pour la défense de la liberté religieuse (AIDLR) est une organisation non gouvernementale (ONG) dotée du statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations Unies et du Conseil de l'Europe.

L'association fut fondée en 1946, à Paris, par le Dr Jean Nussbaum, médecin français d’origine suisse. En créant cette association, son intention était de donner une base légale à l’action qu’il menait depuis la fin de la première guerre mondiale en faveur de la liberté religieuse.

Le Dr Jean Nussbaum fut invité par les milieux religieux à intervenir dans un débat autour d’un projet de réforme du calendrier mondial, qui devait être présenté en octobre 1931, pendant la session plénière de la quatrième conférence internationale des transports et des communications organisée à Genève par la Société des Nations.

Jean Nussbaum reçut l’appui de plusieurs personnalités internationales. La plus significative fut sans aucun doute celle du pape Pie XII, avec lequel il avait établi de bons rapports lorsque ce dernier était encore le cardinal Pacelli.

Jean Nussbaum visita les personnalités politiques et religieuses en Bulgarie, en Hongrie, en Pologne, en Roumanie et en Yougoslavie. Il se déplaça aussi dans ses démarches pour le soutien de la liberté religieuse en Espagne, en Éthiopie, en France, en Grande-Bretagne, en Grèce et en Italie. Il effectuera différentes démarches en faveur des protestants, des catholiques ou des orthodoxes en difficulté.

C’est à Oxford, en juillet 1937, qu’il rencontra pour la première fois, le pasteur Marc Boegner, théologien protestant, président de la Fédération protestante de France.

Le 25 avril 1945, Jean Nussbaum assista à la Conférence des Nations Unies à San Francisco. Le but était de créer une organisation internationale qui succéderait à la Société des Nations. Le Conseil économique et social devrait traiter les sujets concernant les droits de l’homme. C’est avec Madame Eleanor Roosevelt, la veuve du président des États-Unis, que prit naissance l’AIDLR.